L’une des deux missions que s’est fixées KI-Esprit est de permettre à des sociétés innovantes et stables de s’implanter durablement en Asie, et plus particulièrement dans les pays que nous connaissons le mieux, à savoir le Japon, la Chine et la Corée.

Pourquoi l’Asie

En 1990, lorsque notre société a été créée, on ne pensait guère à exporter des logiciels au Japon. Ce pays était réputé fermé à l’export, et les Japonais apparaissaient, au contraire, comme des intervenants susceptibles de supplanter, dans un proche avenir, toute concurrence en ce domaine.
Pourtant, à cette époque, le Japon constituait déjà le deuxième marché informatique du monde et importait près de 90 % de ses progiciels. Dans le même temps, les Français se révélaient, avec les Américains, les grands spécialistes du logiciel.
C’est sur ce constat que KI-Esprit a vu le jour, et notre société possède, désormais, sa propre agence dans ce pays.

À la fin des années 1990, la Corée, elle, était en train d’apparaître sur la scène internationale comme un pays de première envergure sur le plan industriel. Cependant, plusieurs voyages effectués sur place nous avaient permis de constater que le marché du logiciel ne présentait pas encore tous les gages d’une véritable maturité. Mais en 2004, alors que la situation avait rapidement évolué, nous avons décidé de franchir le pas et d’aller y développer nos compétences. Cette démarche a débouché sur la signature d’un accord de partenariat étroit avec Asiance, une société qui exerce en Corée le même métier que KI-Esprit au Japon.

Quant à la Chine, c’est après avoir observé l’évolution de son marché pendant plusieurs années, qu’en 2008 nous avons pris la décision d’y ouvrir une filiale à 100 %, basée à Dalian, ville connue pour l’intensité de ses échanges avec l’extérieur. Nous y avons, depuis, mené de nombreuses missions, et continuons d’y exercer une veille technologique soutenue.

De ces trois marchés des NTIC, ceux du Japon et de la Corée sont évidemment les plus développés. Plus ouverts, plus dynamiques aussi, ils demeurent de grands importateurs de technologies. Mais celui de la Chine n’en est pas moins actif et se montre, par ailleurs, en très forte croissance. Une croissance qu’on a tout lieu de croire durable.
À eux seuls, ces marchés sont aujourd’hui équivalents à celui de l’ensemble de l’Union Européenne.haut

Comment

KI-Esprit intervient à trois niveaux dans l’aide à l’export :

Pour toutes ces démarches, nous apportons, bien évidemment, notre contribution à la recherche et à l’obtention des financements qui les accompagnent. [en savoir plus]
En revanche, nous ne faisons pas de business développement (rencontres d’acheteurs directs, salons pour stimuler les ventes, gestion des équipes commerciales).haut

À quelles conditions

Il est important d’avoir à l’esprit que les marchés asiatiques sont difficiles et coûteux. Ce sont des marchés exigeants, qui réclament de la persévérance, mais qui demeurent stables et durablement rentables.

Pour ces raisons, seules les sociétés qui possèdent une technologie ou un service réellement discriminants, qui sont prêtes à se rendre régulièrement sur place pour rencontrer leurs partenaires et à assurer un support commercial, marketing et technique de premier niveau, ont une chance de succès. Mais cette chance est réelle, et KI-Esprit permet de la concrétiser en un temps plus court et pour moins cher.

Moins cher, parce que nous connaissons à la fois les besoins locaux et ceux de nos clients exportateurs. Nous savons donc ce qui doit être préparé en amont avant d’aborder ces marchés. Moins cher aussi, parce que nous avons de nombreux contacts avec des partenaires potentiels et que nous connaissons bien leur façon de travailler. Nous savons, notamment, quelles sont les causes les plus fréquentes de malentendus entre Européens et Asiatiques.

Moins cher, enfin, parce que nous avons l’habitude de travailler de façon très méthodique et que nous savons communiquer notre savoir-faire.haut

Combien de sociétés

À ce jour, nous avons apporté notre soutien à plus de 120 sociétés sur ces marchés, parmi lesquelles : Business Objects, Fermat, Digiplug, Jetro, MV2, Netsize, Geoconcept, Criston Software, TransferTo, etc.haut